Une Femme se déplace

Texte et mise en scène David Lescot

Musique : David Lescot et Anthony Capelli
Décor : Alwyne de Dardel
Lumières : Paul Beaureilles
Son : Alex Borgia
Costumes : Mariane Delayre
Chorégraphie : Glysleïn Lefever
Collaboration artistique : Linda Blanchet
Régie générale : Pierre Yves Leborgne
Production : Véronique Felenbok et Marion Arteil
Diffusion : Carol Ghionda
Presse : Olivier Saksik

avec : Candice Bouchet, Emma Bourgeois, Elise Caron, Pauline Collin, Ludmilla Dabo, Matthias Girbig, Alix Kuentz, Yannick Morzelle, Antoine Sarrazin, Marie Sergeant, Jacques Verzier
et
Anthony Capelli : batterie
Fabien Moryoussef : claviers
Philippe Thibault : basse
Ronan Yvon : guitare

Coproduction : La Filature – SN de Mulhouse, Théâtre de la Ville – Paris, Printemps des Comédiens, Théâtre de Villefranche , Théâtre Molière de Sète – scène nationale archipel de Thau

La Compagnie du Kaïros est conventionnée auprès du Ministère de la Culture – DRAC Ile de France au titre des CERNI

 

  • Au Printemps des Comédiens – Théâtre des 13 vents, les 14, 15, 16 juin 2019
  • A la Filature, scène nationale de Mulhouse, les 20 et 21 septembre 2019
  • Au Théâtre de Villefranche, les 3 et 4 décembre 2019
  • Au Théâtre de la Ville, Paris – Abbesses, du 11 au 21 décembre 2019
  • Au Théâtre Molière de Sète, scène nationale de l’archipel de Thau, les 27 et 28 février 2020(Tournée en cours…)

Voilà quelque temps déjà que j’ai dans l’idée d’écrire pour la scène un portrait de femme, à l’échelle d’une vie.

            Une Femme se déplace est l’histoire extraordinaire d’une femme d’aujourd’hui, détentrice de tous les attributs de la vie bourgeoise (mari, enfants, foyer, travail, confort, vie douce, etc.) que l’on appelle communément « le bonheur ». Cette femme, confrontée à une série de catastrophes impromptues, se découvre un pouvoir surnaturel : celui de voyager dans le temps de sa propre vie, de circuler au fil de son histoire, vers son passé, où elle reprend sa place d’enfant, mais aussi vers son avenir, qu’elle peut rejoindre sur le mode d’une avance rapide, c’est-à-dire sans vivre tous les moments qui l’en séparent. Après avoir éprouvé les potentialités et les implications existentielles, logiques et philosophiques de cette nouvelle aptitude, elle décide de l’utiliser afin de réformer son existence, d’expérimenter sur elle-même des modes d’organisation qui s’éloignent des systèmes canoniques, et notamment du modèle conjugal traditionnel.

Dans Une Femme se déplace, la musique, le chant et la danse tiennent une part essentielle, comme autant de moyens de raconter autrement ce qui pourrait relever d’un réalisme social contemporain.

Or ces thèmes, ceux de la vie d’aujourd’hui, je voudrais les donner une représentation poétique, fantaisiste, stylisée. À mesure que le personnage de Georgia voyage dans sa propre histoire, s’ouvre le champ de son émotion, de son imagination, de son intériorité. La musique et la danse traduisent alors ce qu’elle voit et ce qu’elle ressent, elles sont les moyens de faire sentir que c’est à travers sa perception que nous parviennent les éléments du récit.

J’ai toujours cru que le théâtre le plus léger et le plus drôle pouvait receler des trésors de profondeur, une acuité insoupçonnée dans l’analyse des relations humaines, une vérité sur nos désirs, nos folies, nos abîmes. Lorsque s’achève une pièce de Marivaux ou un opéra de Mozart, ce n’est pas l’ordre finalement retrouvé qui fait sens, c’est le souffle dévastateur qui a un instant tout déréglé, et révélé les pulsions les plus inavouables, les plus scandaleuses, et les plus vraies.

« Une femme se déplace », ce sera cela : le récit d’une épiphanie féminine, au mépris de toutes les conventions. Et le chant et la danse accompagneront le chemin de cette révélation comme une ouverture, comme un printemps.

David Lescot